Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



John Locke

De Wikiberal
John Locke
philosophe

Dates 1632 - 1704
John Locke
Tendance libéral classique ou minarchiste
Origine Royaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur John Locke
Catallaxia
Histoire du Royaume-Uni

John Locke (Wrington, Somerset, 29 août 1632 - Oates, Essex, 1704) était un philosophe empiriste anglais, penseur de l'Enlightenment (les Lumières anglaises).

Biographie

John Locke nait près de Bristol en 1632. Son père, avocat, puis capitaine au service du parlement en 1648, est ruiné pendant la guerre civile. Locke apprend le latin et le grec, et la philosophie d’Aristote à l’école de Westminster (16461652) ; il devient professeur à Oxford en 1652. Il y a alors une rivalité entre les platoniciens de Cambridge et les aristotéliciens d’Oxford. Depuis quelque temps, la connaissance traditionnelle est mise en cause par des philosophes tels que Hobbes et Bacon. Mais Locke s’intéresse véritablement à la philosophie par la lecture de Descartes, vers 1659. Il est également influencé par des savants tels que Boyle et Sydenham. Lui-même souhaite d'ailleurs devenir médecin.

Locke se lie d’amitié avec Lord Ashley, comte de Shaftesbury et ministre de Charles II. Il est secrétaire du Board of Trade de 1672 à 1675. À partir de 1675, il voyage en France (Montpellier, Paris). En 1683, suite à la réaction tory, Shaftesbury et Locke s'exilent d’Angleterre et se réfugient en Hollande. Locke revient dans son pays en 1689.

Théorie de la connaissance

Le but de Locke et sa méthode

C'est à l'occasion de problèmes moraux et religieux que Locke s'engage dans une analyse critique des pouvoirs de l'entendement, afin de déterminer l'étendue de la connaissance humaine. Locke va se donner pour but de déterminer l’origine, les degrés de certitude et l’étendue des connaissances humaines, leurs fondements et les degrés de foi qu'on peut leur accorder, les opinions et les assentiments que l'on peut légitimement avoir. Cette démarche exclue d’emblée les spéculations cartésiennes sur la nature de l’âme et ses rapports avec les mouvements physiologiques. En effet, l’examen porte seulement sur les facultés de l’homme et sur les objets qui se présentent à son esprit. Cette méthode devrait ainsi permettre de comprendre comment l’entendement forme des idées des choses, et par là, de voir quelles sont les bornes de la connaissance humaine.

La méthode consistera à observer les faits de l’âme et à décrire l’expérience de l’intériorité. L’analyse psychologique lockéenne sera ainsi une étude des idées. Cette entreprise est la première formulation précise et rigoureuse du problème critique.

Les idées

Toutes nos connaissances sont faites d’idées, i.e., en un sens large, « tout objet que l’esprit aperçoit immédiatement », ou « quoi que ce puisse être qui occupe notre esprit lorsqu’il pense. », ce qui est une définition très proche de celle de Descartes.

On peut résumer en deux questions leur analyse dans l’Essai sur l’entendement humain :

  • comment se forment nos idées ?
  • quel rapport nos idées ont-elles avec les choses ?

Mais Locke procède d’abord à une longue critique de la théorie des idées innées.

La critique des idées innées

Puisque Locke se propose de rechercher l’origine de nos idées, la théorie des idées innées se présente naturellement à l’esprit. Or, pour Locke, toutes nos idées dérivent en réalité de l’expérience. La réfutation de l’innéisme va lui permettre de justifier sa thèse.

Tout d’abord, selon l’innéisme, il y a des idées qui sont universelles : le principe d’identité, le principe de contradiction, l’idée que nous avons de Dieu, etc. Mais l’expérience nous montre de manière évidente le contraire : les enfants n’ont pas conscience de ces idées, et il y a d’autres civilisations que la nôtre où des prétendues idées morales innées sont totalement absentes. Sur ce point, l’innéisme est donc insoutenable.

Mais une idée innée est également une idée qui se trouve dans l’entendement. Or, si elle est dans l’entendement, elle doit être perçue ; d’où il suit que tous les hommes devraient avoir conscience des idées innées dès leur naissance, que ces idées devraient être leurs toutes premières idées, l’objet premier de leur esprit, ce qui est manifestement absurde. En effet : ou bien une idée non perçue par l’entendement n’a jamais été dans l’entendement, ou bien elle a été perçue et elle doit donc être connue. Une idée ne peut donc être dans l’âme sans y être objet de l’entendement. Par définition, l’idée est ce qui est dans l’esprit ; soutenir qu’une idée est dans l’âme sans être conçue, c’est comme dire que cette idée n’est pas une idée.

Il faut donc que toute idée innée soit immédiatement aperçue. Mais il a déjà été dit que le propre des hommes étaient de tous concevoir ces idées. On peut ajouter que non seulement les idées innées sont ignorées par une grande partie de l’humanité, mais qu’en outre lorsqu'on les présente à l’entendement et qu’elles ne sont pas comprises immédiatement (ce qui arrive dans l’apprentissage) alors ces idées montrent leur caractère non inné.

Ce qui est donc critiqué par Locke, c’est la théorie que notre âme contiendrait passivement des idées indépendamment de l’expérience. Cette théorie critiquée n’est pas celle de Descartes ; en effet, pour Descartes, les idées innées sont idées qui résultent de l’activité de l’entendement. Au final, on ne sait guère à qui Locke adresse ses critiques, peut-être aux platoniciens de Cambridge.

Origine de nos idées

S’il n’y a pas d’idée innée, comment donc formons-nous nos idées ? Locke formule sur ce point la métaphore de l'ardoise vierge (tabula rasa) pour décrire l'esprit humain avant son contact avec le monde. L’esprit ne contient donc aucun caractère, aucune idée. Il ne reste plus que l’expérience : seule l’expérience peut être le fondement de nos connaissances. La matière de notre esprit est donc soient les objets extérieurs (idées qui viennent des sens) soient les opérations de la pensée elle-même (idées qui viennent à la suite de l'action de la réflexion) : dans les deux cas, les idées proviennent de l’expérience. Par les sens, une excitation ou un mouvement sur le corps nous fait percevoir des qualités sensibles ; par la réflexion, l’âme reçoit l’impression de sa propre activité lorsqu’elle perçoit les choses du monde extérieur.

Ces idées de la sensation et de la réflexion sont de deux sortes : simples ou complexes.

Les idées simples

Selon Locke les idées simples sont indivisibles et complètes, mais elles ne sont pas toujours claires ; elles sont sans mélange, homogènes et inanalysables : on ne peut donc ni les définir ni les expliquer. On ne peut non plus les communiquer, ni les connaître sans expérience personnelle. Données immédiates de l’expérience, ces idées sont les seuls matériaux de notre pensée.

Locke distingue deux types d’idées simples : les idées simples de la sensation et les idées simples de la réflexion.

Les idées simples de la sensation entrent par les sens sans aucun mélange, et elles sont toutes bien distinctes. Certaines de ces idées sont fournies par un seul sens, comme le son, la saveur, etc. D’autres nous viennent de plusieurs sens à la fois : le mouvement, l’espace, l’étendue, etc. À propos des qualités que nous percevons ainsi, Locke fait trois distinctions :

Il y a des qualités premières, que nous ne pouvons séparer des corps : par exemple, la solidité, le mouvement, etc. Ces qualités sont réellement dans la matière.

Les qualités secondes sont la puissance qu’ont les corps de produire en nous des sensations par leurs qualités premières : la chaleur, la couleur, etc. Nous les percevons directement. Ces qualités ne sont pas réellement dans les corps, et leurs apparences varient avec la portée de nos sens. Bien que nous jugions naturellement que ces qualités soient dans les corps, quand elles ne sont pas perçues, ces qualités n’existent pas. Sans un corps et une âme pour les percevoir, la chaleur, la douleur, etc. n’existent nulle part dans le monde.

Locke distingue une troisième sorte de qualité : la puissance que possède les corps de produire ou de recevoir des effets ou des changements tels qu’il en résulte pour nous des altérations de nos perceptions. Le feu transforme par exemple la matière, que nous percevons alors différemment. Ces qualités sont perçues indirectement et nous ne les attribuons pas naturellement aux corps.

Les idées simples de la sensation et de la réflexion sont des idées qui résultent de ces deux modes d’expérience : pour Locke, ce sont : le plaisir et la douleur, joints l’un à l’autre dans presque toutes nos idées ; l’inquiétude (uneasiness) ; la puissance ; l’existence et l’unité que nous concevons dans toutes les perceptions d’objets et par toute idée.

Les idées de réflexion peuvent être divisées suivant deux types d’action ; il s’agit de voir si l’on peut découvrir dans chacun des idées simples :

  • l’entendement, qui comprend la perception (avoir une idée), la rétention (rappeler ses idées qui en dehors de cet acte ne sont nulle part) et la distinction (capacité de concevoir une idée, d’abstraire, d’où le caractère fictif des idées générales qui n’ont d’existence que dans notre esprit).
  • la volonté : dans ce cas, il ne semble pas y avoir d’idées simples.

Ainsi, en résumé, nos idées simples, i.e. indivisibles, sont fournies à notre esprit passif par un ou plusieurs sens à la fois, ou sont obtenues par l’impression d’une réflexion seule, ou enfin par une réflexion et une sensation.

Les idées complexes

Les idées complexes sont une combinaison d’idées simples. Locke distingue trois types d’idées complexes.

Les modes sont des idées complexes qui ne subsistent pas par elles-mêmes, mais sont comme des affections des substances. Les modes se divisent à leur tour en plusieurs types :

  • les modes composés d’un seul type d’idées simples. Ce sont des modifications d’une idée simple : par exemple, deux est l’unité répétée. L’espace vient de l’idée simple d’étendue : c’est l’idée sensible élaborée de distance. La durée nous vient de l’idée de succession ; le nombre, qui comporte une unité strictement déterminée ; l’infini qui se forme par l’addition sans fin du fini
  • les modes de pensée : l’esprit perçoit une grande variété de ses propres modifications quand il réfléchit sur lui-même. On trouve la perception, la mémoire, l’attention, etc.
  • les modes de la volonté : la puissance, la liberté comme puissance de commencer ou de ne pas commencer une action, de la poursuivre ou non.
  • modes mixtes : ce sont des idées indépendantes que l’esprit joint sans que ces modes aient d’existence sensible réelle (ex: le mensonge).

Les substances sont des idées constamment réunies considérées comme appartenant à un objet. La substance est un tout existant par lui-même, mais nous n’avons pas d’idée précise de la substance en général.

La relation est une comparaison telle que l’examen d’une chose contient la considération d’une autre. Les principales relations sont la causalité, l’identité et la diversité.

La connaissance

Locke a donc établi, par cette analyse des idées, que toutes nos connaissances portent sur nos idées, sur les rapports qu'elles ont entre elles et sur leurs modifications. La connaissance consiste donc dans la perception que nous avons de la convenance ou de la disconvenance que nos idées ont entre elles. Connaître, c'est comparer des idées, découvrir qu'elles sont leurs relations, et juger.

Il distingue quatre sortes de convenances et de disconvenances qui correspondent à peu près à des domaines de la connaissance humaine :

  • identité ou diversité (logique)
  • relation (mathématique)
  • coexistence nécessaire (physique)
  • existence réelle (métaphysique)

Il distingue également quatre sortes de connaissance : des deux premières suit la certitude ; de la troisième l'opinion et la probabilité ; de la quatrième la foi.

Connaissance intuitive

La connaissance intuitive est la perception immédiate de la convenance ou de la disconvenance des idées entre elles, sans idée intermédiaire. Cette intuition est évidente, et elle produit la certitude. Ainsi, toutes les idées claires et distinctes, i.e. les idées abstraites, sont-elles évidentes ; l'esprit conçoit immédiatement que chaque idée convient avec elle-même et qu'elle disconvient avec toutes les autres. Néanmoins, ces idées ne sont pas des axiomes de la pensée et des sciences. En effet, ces axiomes sont inutiles pour saisir des propositions particulières, et ils peuvent nous induire en erreur. Les idées abstraites sont évidentes du fait qu'elles sont notre œuvre, elles n'ont pas besoin d'être démontrées. Par exemple :

« Pour ce qui est de notre existence, nous l'apercevons avec tant d'évidence et de certitude que la chose n'a pas besoin d'être démontrée par aucune preuve. Je pense, je raisonne, je sens du plaisir et de la douleur ; aucune de ces choses peut-elle m'être plus évidente que ma propre existence ? Si je doute de tout autre chose, ce doute même me convainc de ma propre existence et ne me permet pas d'en douter. [...] Dans chaque acte de sensation, de raisonnement ou de pensée, nous sommes intérieurement convaincus en nous-mêmes de notre propre être, et nous parvenons sur cela au plus haut degré de certitude qu'il est possible d'imaginer. »

Connaissance démonstrative

La connaissance démonstrative consiste à comparer des idées et en percevoir la convenance ou la disconvenance par le moyen d'autres idées qui sont des preuves pour la démonstration. C'est la raison qui perçoit ces liens entre les idées, en suivant le fil de la déduction. La déduction comprend plusieurs degrés :

  • découvrir des preuves ;
  • ordonner les idées avec clarté et convenablement en sorte que les connexions apparaissent avec évidence ;
  • percevoir ces connexions ;
  • enfin, conclure.

Dans le domaine de démonstration, ce sont les mathématiques qui sont le plus haut degré de la certitude, car elle comporte ces quatre degrés. Nous concevons intuitivement les idées abstraites des mathématiques, et ces intuitions claires et distinctes permettent d'en déduire des propriétés. En revanche, le domaine de l'expérience ne fournit pas de telles idées, il ne s'y trouve rien de certain et d'universel, tout y est contingent. Dans le domaine de la démonstration, Locke place également la preuve de l'existence de Dieu ; c'est, selon lui, la seule existence qui puisse être prouvée et cela, avec une certitude égale à celle des mathématiques. En effet, si nous considérons notre existence, nous savons que quelque être réel existe ; or, si le non-être ne peut rien produire, alors il y a un être qui existe de toute éternité.

Connaissance sensitive

Nous avons une connaissance intuitive de notre existence et une connaissance démonstrative de l'existence de Dieu. Toutes les autres existences nous sont connues par les sens. L'idée que nous avons d'une chose n'entretient aucune connexion nécessaire avec l'existence même de cette chose ; la déduction de l'idée à l'existence est donc impossible. Il faut la présence d'un objet pour que nous puissions en connaître l'existence.

Connaissance religieuse

Philosophie politique

La philosophie politique de Locke est considérée comme une étape fondatrice de la pensée libérale. Cette modernité est parfois contestée ; les raisons de cette contestation seront exposées plus bas.

Dans un premier temps, on peut décrire cette philosophie politique en trois parties :

La loi naturelle

Locke décrit ainsi l'état de nature :

« un état dans lequel les hommes se trouvent en tant qu'homme et non pas en tant que membre d'une société. » (Traité du gouvernement civil, §14)

Dans cet état, les hommes sont libres et égaux. En effet, aucun homme n'est soumis par nature à quiconque, car on ne peut être assujetti à la volonté arbitraire d'un autre homme, ni être tenu d'obéir à des lois qu'un autre instituerait pour lui : dans l'état de nature, nul ne détient d'autorité législative. L'égalité est une conséquence de cette liberté, car s'il n'existe aucun rapport naturel de sujétion personnelle, c'est par l'absence de distinction manifeste entre les hommes : tous ont les mêmes facultés.

Néanmoins, la liberté de cet état n'est pas licencieuse ; chacun est tenu d'en faire le meilleur usage exigé par sa conservation (§4). L'état de nature comporte donc déjà certaines règles. S'il n'y a aucune loi humainement instituée, tous les hommes doivent pourtant obéir à la loi de nature, loi qui est découverte par la raison (ou par la révélation) et qui est d'origine divine. Cette loi interdit aux hommes de faire tout ce qu'ils désirent ; ils ont le devoir :

  • de conserver leur propre vie, qui est un don de Dieu (§6);
  • de respecter la vie, la liberté, les biens d'autrui, car il est nécessaire à leur conservation que chacun veille à la subsistance du genre humain une fois que la sienne propre est assurée ;
  • de s'efforcer de mener une vie paisible et harmonieuse avec les autres ; la violence est ainsi interdite, sauf pour se défendre ou défendre autrui (§7);
  • de respecter la parole donnée et d'exécuter les contrats (§14).

La liberté est dans le respect de ces obligations prescrites par les lois de la nature, car c'est en leur obéissant que l'homme est conduit à faire ce qui est conforme à sa nature et à ses intérêts. La liberté n'est donc pas une absence d'obstacle extérieur à la réalisation de son désir, mais dans l'obéissance aux prescriptions divines découvertes par la raison.

La propriété

Le passage de la loi naturelle à la propriété (dans un sens large) se fait par le droit. En effet, c'est dans la mesure où l'homme a des devoirs naturels qu'il est également porteur de droits devant lui garantir la possibilité de réaliser ses devoirs. Ses droits sont donc naturels, liés à sa personne, car ils sont fondés sur sa nature humaine, sur ce qu'exige la réalisation de ce à quoi il est naturellement destiné et que lui a révélé la loi divine.

Locke énonce trois droits fondamentaux :

  • droit à la vie ;
  • droit à la liberté ;
  • droit à la jouissance de ses biens.

Ces droits définissent un domaine d'inviolabilité de la personne humaine ; leur caractère naturel exclut qu'il soit légitime d'en faire échange, ou de ne pas les reconnaître selon des conventions.

Parmi ces droits précédant toute institution humaine, Locke place donc la jouissance des biens. En effet, la propriété privée est nécessaire pour la conservation de la vie et l'exercice de sa dignité humaine. Il y a donc un droit de posséder tout ce qui est nécessaire à la subsistance.

L'appropriation individuelle

Néanmoins, puisque le monde a été donné en commun aux hommes par Dieu, il faut expliquer la légitimité de l'appropriation individuelle :

« Bien que la terre et toutes les créatures inférieures appartiennent en commun à tous les hommes, chaque homme est cependant propriétaire de sa propre personne. Aucun autre que lui-même ne possède un droit sur elle, le travail de son corps et l'ouvrage de ses mains lui appartiennent en propre. Il mêle son travail à tout ce qu'il fait sortir de l'état dans lequel la nature la laissée, et y joint quelque chose qui est sien. Par là, il en fait sa propriété. Cette chose étant extraite par lui de l'étant commun où la nature l'avait mise, son travail lui ajoute quelque chose, qui exclut le droit commun des autres hommes. » (§27)

Tout en posant les limites implicites de l'appropriation individuelle (on parlera par la suite de "proviso" lockéen) dans le paragraphe que voici:

« D'ailleurs, en s'appropriant un certain coin de terre, par son travail et par son adresse, on ne fait tort à personne, puisqu'il en reste toujours assez et d'aussi bonne, et même plus qu'il n'en faut à un homme qui ne se trouve pas pourvu. Un homme a beau en prendre pour son usage et sa subsistance, il n'en reste pas moins pour tous les autres : et quand d'une chose on en laisse beaucoup plus que n'en ont besoin les autres, il leur doit être fort indifférent, qu'on s'en soit pourvu, ou qu'on ne l'ait pas fait. Qui, je vous prie, s'imaginera qu'un autre lui fait tort en buvant, même à grands traits, de l'eau d'une grande et belle rivière, qui, subsistant toujours tout entière, contient et présente infiniment plus d'eau qu'il ne lui en faut pour étancher sa soif ? Or, le cas est ici le même ; et ce qui est vrai à l'égard de l'eau d'un fleuve, l'est aussi à l'égard de la terre.» (§33)

Paragraphe dont les libéraux de gauche ne manquent pas de tirer des conclusions a contrario selon le raisonnement suivant : C'est qu'il doit en rester «toujours assez et d'aussi bonne».

L'homme est propriétaire de sa personne

L'homme est aussi l'unique propriétaire de sa personne et de son corps, et il jouit d'un droit de propriété exclusif. Il est également propriétaire de son travail : une chose œuvrée cesse d'être une propriété commune.

L'homme est propriétaire de son travail

Mais, une fois exposée l'idée de propriété par le travail, il faut encore expliquer comment l'homme est le propriétaire de sa personne ? Locke définit ainsi la personne :

« C'est, je pense, un être pensant et intelligent doué de raison et de réflexion, et qui peut se considérer soi-même comme une même chose pensante en différents temps et lieux. Ce qui provient uniquement de cette conscience (consciousness) qui est inséparable de la pensée, et qui lui est essentiel à ce qu'il me semble : car il est impossible à quelqu'un de percevoir sans aussi percevoir qu'il perçoit. » (Essai sur l'entendement humain, II, 27, 9).

L'identité personnelle est fondée sur la continuité de la conscience dans le temps, et cette conscience constitue l'identité qui, au moyen de la mémoire, se maintient dans le temps et nous permet de nous reconnaître nous-mêmes comme étant les mêmes.

Or, cette capacité de la conscience :

  • est fondamentalement appropriante, puisqu'elle permet de reconnaître des actions et des pensées pour siennes, i.e. qu'elle permet d'identifier un agent responsable vis-à-vis des hommes et du créateur.
  • fonde la propriété de soi, en particulier du corps qui est le corps de untel, et qui se présente ainsi à sa conscience (par ses actions et leurs résultats).

Pour résumer la pensée de Locke sur la propriété, on peut dire que la propriété des choses n'est pas seulement requise pour subsister ; la propriété est une extension de la propriété de la personne. En ce sens, la propriété des biens a le caractère inviolable que la personne humaine. Cette personne est conçue comme un rapport de soi à soi en tant que propriété. Chaque homme est donc le seul propriétaire de sa personne, de sa vie, de sa liberté et de ses biens.

Le libéralisme

La pensée de Locke peut être considérée comme une pensée fondatrice du libéralisme, et cela, tant sur le plan politique que sur le plan économique.

Le libéralisme politique de Locke

Sur le plan politique, la question qui se pose à Locke est de savoir si l'on peut penser le pouvoir politique sans que son institution n'entraîne la perte de la liberté des individus qui lui sont soumis.

Les hommes de l'état de nature étant pour Locke des propriétaires, ils sont engagés dans des relations économiques ; ce point tend déjà à faire concevoir un État qui se contenterait de garantir ce qui est acquis, sans qu'il intervienne dans la société. Le pouvoir politique n'est donc pas censé instituer l'ordre social par des lois, mais il est au service de la société pour corriger les éléments qui tendrait à lui nuire.

Il suit de là que le pouvoir politique :

  • trouve son origine dans le consentement de ceux sur lesquels s'exerce l'autorité ;
  • a sa fin dans la garantie du respect des droits naturels de tout homme, qu'il doit arbitrer les conflits et exercer un droit de punir.

Le pouvoir politique est ainsi amputé de ses dimensions éthique et religieuse ; il ne peut interdire les cultes, il ne s'occupe pas du salut des hommes ni de leur perfection morale. Ces affaires sont strictement personnelles. L'État est donc un instrument et son rôle est réduit aux intérêts civils et temporels des hommes dont il doit protéger la vie, la liberté et les biens.

Son étendue étant ainsi limitée, Locke propose une hiérarchisation des pouvoirs, une organisation institutionnelle permettant de contrôler leur exercice, et affirme en conséquence que le peuple a le droit de résister quand le pouvoir dépasse les limites qui lui assignées par sa fonction.

La hiérarchisation du pouvoir

Le contrat social crée une communauté seule détentrice de tous les pouvoirs. Mais, ne pouvant exercer elle-même ses pouvoirs, ceux-ci sont délégués à des magistrats. Dans toute organisation politique, il existe une partie qui définit ce que chaque pouvoir doit faire, et une partie qui désigne les titulaires de ces pouvoirs auxquels on obéit.

Tandis que le recours à la force concerne les pouvoirs exécutif et fédératif, le législatif appartient à la société elle-même. Le pouvoir législatif est pour Locke le pouvoir suprême : ce pouvoir ne peut donc être absolu et arbitraire :

  • le droit positif est subordonné aux lois de la nature ;
  • ce pouvoir est la mise en commun du pouvoir des individus : il ne peut y avoir de pouvoir supérieur ;
  • ce pouvoir est universel, il ne s'adresse pas aux particuliers en tant que tels ;
  • c'est un pouvoir stable et public, il instaure un ordre juridique régulier ;
  • il est impossible que le pouvoir législatif prive un homme de ses biens, car cette propriété est inviolable ;
  • le pouvoir législatif n'a que le pouvoir de faire des lois, et il est absolument dépendant de la communauté : seule cette dernière a le droit de désigner des instances législatives et le droit d'en contrôler l'exercice.

La hiérarchisation des pouvoirs consistera alors pour Locke à soumettre le pouvoir exécutif au pouvoir législatif puisque ce dernier est le pouvoir suprême et qu'il est l'expression de la volonté d'une communauté. La règle et le droit ont donc la primauté et personne n'est au-dessus de la loi. Le pouvoir exécutif est donc naturellement inférieur, car il exécute seulement les décisions du pouvoir législatif.

Pour éviter la concentration des pouvoirs, il faut les déléguer à des instances distinctes et même déléguer à plusieurs instances le même pouvoir ; par exemple, le législatif peut appartenir à une assemblée et au roi. Mais il est préférable de confier ce pouvoir totalement ou en partie à une assemblée élue et renouvelable, afin qu'aucun individu de la société ne soit privilégié.

Cette organisation comporte tout de même des risques d'abus, abus tant du pouvoir exécutif que du pouvoir législatif. Selon Locke, quoiqu'il arrive, et même si le pouvoir a été délégué, la communauté est toujours la seule véritable détentrice de ces pouvoirs. En conséquence, elle a le droit d'en contrôler l'exercice, et elle est seule juge en ce domaine. Si le pouvoir législatif est utilisé abusivement, la communauté déclare nulles les décisions de l'instance judiciaire, et celle-ci s'en trouve dissoute par le fait.

Droit de résistance à l'oppression

Puisqu'il peut y avoir des abus, et puisque la communauté ne peut en aucun cas être privée de ses droits, il faut que la communauté ait aussi un droit de résistance.

Locke distingue trois cas où le droit de résistance s'applique :

  • trahison d'un magistrat (par exemple, exercice de la force en dehors du droit : usurpation, tyrannie);
  • quand un magistrat néglige sa fonction ;
  • sur preuves d'un projet de trahison.

C'est à la communauté que revient alors le droit de juger, et, lorsque quelqu'un veut exercer un pouvoir pour lequel il n'a pas été désigné (donc lorsque quelqu'un veut exercer un pouvoir qui n'existe pas), la désobéissance civile est légitime.

Le libéralisme économique de Locke

La justice sociale

Locke3.jpg

L'idée d'un état de nature n'est pas seulement pour Locke un moyen de fonder les droits individuels de la propriété ; en effet, ce droit de propriété, dans sa formulation même, comporte certaines restrictions qui définissent un devoir de charité qui se déduit du devoir de tout homme de préserver le genre humain. Il y a donc une limite à ce droit inviolable de la propriété individuelle : un propriétaire, même s'il est dans son droit, a le devoir de céder les biens inutiles à sa subsistance, dans la mesure où ces biens peuvent venir en aide à des individus démunis : ces personnes y ont droit, mais à la condition d'être réellement dans l'impossibilité de pourvoir à leurs propres besoins.

Ce devoir de charité introduit dans l'individualisme possessif de Locke une solidarité au moins minimale qui le limite. Cette charité est une prescription universelle qui rappelle l'individu propriétaire à la modestie, et qui vient tempérer le libéralisme individualiste de Locke : bien que chacun puisse revendiquer légitimement les droits qu'il possède sur ses biens, l'appropriation privée des biens de la Terre n'a en fin de compte sa véritable légitimité que si elle est au bénéfice de tous, car la Terre est commune, et tout homme y a droit. Ainsi, Locke pense-t-il que son système libéral peut augmenter les ressources de tous les hommes, et remplir ce devoir de charité :

  • ce système augmente les ressources disponibles ;
  • il réalise de lui-même une distribution des richesses ; le moins bien loti d'une société se trouve alors dans une situation meilleure que si cette société n'avait pas existé.

La Lettre sur la tolérance

L'argument central de la Lettre sur la tolérance est la distinction de l'État et des églises, de par leurs différences quant à leurs fins temporelles ou spirituelles et les moyens employés (forces ou persuasion).

Pour Locke, il est bien clair que seul le magistrat à la charge du pouvoir temporel, qui consiste à maintenir par la loi un ordre public assurant le bien public et la paix civile. Le magistrat n'a aucun droit sur les intérêts spirituels des individus, car chacun est libre de choisir la manière de vivre dont il estime qu'elle lui assurera le salut. Chacun peut donc adhérer librement aux dogmes qui lui plaisent ; les sociétés religieuses doivent être libres et volontaires, mais n'ont aucune légitimité quant à l'usage de la force, pas plus qu'elles n'ont le droit d'influencer les décisions de l'action politique publique.

Le pouvoir politique doit donc tolérer les sectes du moment qu'elles respectent ces conditions ; la mission temporelle de l'État exige de lui qu'il protège les droits de tous les hommes quelles que soient leurs croyances, et précisément afin que chaque homme puisse mener sa vie selon les croyances qu'il juge les meilleures, et dont il est de droit le seul juge.

A cette tolérance politique et religieuse, Locke apporte néanmoins plusieurs restrictions. Ces restrictions découlent du fait qu'il ne conçoit pas la tolérance pour elle-même, mais dans le but de concilier la préservation de la liberté individuelle et la paix civile.

Locke formule quatre restrictions :

  • on ne peut tolérer aucun homme qui soit opposé à la société et aux bonnes moeurs indispensables au maintien de la société civile ;
  • on ne peut tolérer que certains s'arrogent des privilèges particuliers, pour eux ou pour leur secte, nuisibles à la société ;
  • on ne peut tolérer une église soumise à une autorité différente de celle du magistrat (par exemple, au pape) ;
  • enfin, on ne peut tolérer les athées.

Locke combat ainsi à la fois l'autoritarisme dogmatique qui détruit les conditions de la liberté de conscience en imposant certaines conceptions du bien, et l'anarchisme individualiste qui détruit les conditions de la vie sociale par la recherche sans restriction d'un bien choisi même en toute conscience. La liberté individuelle dans le domaine de la religion doit être aussi grande que possible, elle doit être garantie par des lois, mais elle doit toujours rester compatible avec les conditions politiques qui lui permettent d'exister.

La pédagogie

Locke expose ses idées sur la manière de former un gentleman dans ses Pensées sur l'éducation.

Œuvres

  • 1690, Two Treatise of Government (Les deux Traités du gouvernement civil)
    • Nouvelle édition en 1960, New York: Cambridge University Press (Introduction et notes de Peter Laslett)
      • Seconde édition en 1967, Cambridge: Cambridge University Press
    • Traduction italienne en 1982, Due trattati sul governo, UTET, Torino
  • 1690, Second Treatise on Civil Government
    • Traduction italienne en 1998, Il secondo trattato sul governo, Rizzoli, Milano
  • 1697, "The Conduct of the Understanding", London: M. Jones
    • Nouvelle édition en 1802, "The Conduct of the Understanding", London: M. Jones
  • Pensées sur l’éducation, 1693
  • Considérations sur les conséquences de la diminution de l’intérêt et de l’augmentation de la valeur de l’argent
  • Discours sur les miracles
  • 1973, "El Derecho a la Rebelión", Buenos Aires: Ediciones La Bastilla

Littérature secondaire

  • 1911, Jean Didier, Locke, (le présent article a été rédigé sur la base de ce livre)
  • 1930, Paschal Larkin, "Property in the Eighteenth Century, With Special References to England and Locke", Cork, Irish Free State: Cork University Press
  • 1932, W. H. Hamilton, "Property according to locke", Yale Law Journal, 41(April), pp864–880
  • 1958, Leo Strauss, "Locke’s Doctrine of Natural law”", American Political Science Review, Vol 52, pp490-501
  • 1960, Richard H. Cox, , "Locke on War and Peace", Oxford: At the Clarendon Press
  • 1961, Raghuveer Singh, “John Locke and the Theory of Natural Law”, Political Studies, June
  • 1962, C. B. Macpherson, The Political Theory of Possessive Individualism: Hobbes to Locke, Oxford: Oxford University Press
  • 1964, Winthrop S. Hudson, "John Locke - Preparing the Way for The Revolution", Journal of Presbyterian History, Vol 42, n°1, pp19-38
  • 1965,
    • Michael Cranston, dir., "Locke on Politics, Religion, and Education", New York: Collier Books
    • John Dunn, "The Political Thought of John Locke", Cambridge: Cambridge University Press
    • Willmoore Kendall, John Locke and the Doctrine of Majority Rule, Urbana University of Illinois Press
    • Peter Laslett, dir., "Locke's Two Treatises of Government", New York: Mentor Books
  • 1967,
    • D. J. O'Connor, "John Locke", New York: Dover Publications
    • David L. Perry, "Locke on Mixed Modes, Relations, and Knowledge", Journal of the History of Philosophy, Vol 5, pp219-235
  • 1968, Martin Seliger, "The Liberal Politics of John Locke", London: George Allen & Unwin
  • 1969, J. Dunn, The Political Thought of John Locke, London: Cambridge University Press
  • 1970, Christopher Aronson et Douglas Lewis, "Locke on Mixed Modes, Knowledge, and Substances", Journal of History of Philosophy, Vol 8, pp193-199
  • 1971,
    • J P Day, “Locke on Property”, In: Life, Liberty, and Property: Essays on Locke's Political Ideas. Belmont: Wadsworth Publishing
    • Gordon J. Schochet, Introduction to Life, Liberty, and Property: Essays on Locke's Political Ideas, Belmont: Wadsworth
  • 1973, J. Mabbott, "John Locke", London
  • 1974,
    • Peter Alexander, Boyle and Locke on Primary and Secondary qualities, Ratio, vol.16, pp51-67
    • Michael Zuckert, "Fools and Knaves: Reflections on Locke's Theory of Philosophical Discourse", Review of Politics, Vol 36, pp544-564
  • 1975,
    • Reinhard Brandt, Historical Observation on the Genesis of the Three-Dimensional Optical Picture (Gassendi, Locke, Berkeley), Ratio, 17, pp176-90
    • Michael Zuckert, "The Recent Literature of Locke's Political Philosophy", The Political Science Reviewer, Vol 5, pp271-304
  • 1976, Robert Horwitz, "John Locke and the Preservation of Liberty: A Perennial Problem of Civic Education", The Political Science Reviewer, Vol 6, pp325-353
  • 1977, Matthew Kramer, "John Locke and the Origins of Private Property", New York, Cambridge University Press
  • 1978, Michael Zuckert, "Of Wary Physicians and Weary Readers: The Debates on Locke's Way of Writing", The Independent Journal of Philosophy, Vol 2, pp55-66
  • 1980,
    • James Tully, A Discourse of Property: John Locke and His Adversaries, Cambridge: Cambridge University Press
    • Karen I. Vaughn, "John Locke: Economist and Social Scientist", London, Athlone
  • 1982, A. M. C. Waterman, "John Locke's Theory of Property and Christian Social Thought", Review of Social Economy,
  • 1984, Neal Wood, "John Locke and Agrarian Capitalism", Berkeley: University of California Press
  • 1985,
    • Peter Alexander, Ideas, Qualities and Corpuscles, Locke and Boyle on the External World, Cambridge University Press
    • E. Andrew, "Inalienable Right, Alienable Property and Freedom of Choice: Locke, Nozick and Marx on the Alienability of Labour", Canadian Journal of Political Science, vol 18, n°3, pp529-550
    • J. H. Bogart, Lockean Provisos and State of Nature Theories, Ethics, Vol 95, pp828-36
    • J. Tully, The Framework of Natural Rights in Locke's Analysis of Property: A Contextual Reconstruction, In: Crime and Criminal Justice in Europe and Canada, John Hamilton Baker et Louis Knafla, Dir., Calgary Institute for the Humanities, Wilfrid Laurier University Press for the Calgary Institute for the Humanities, ISBN 0889201811, ISBN 9780889201811, pp115-140
  • 1986,
    • Richard Ashcraft, Revolutionary Politics and Locke’s Two Treatises of Government, Princeton, N.J.: Princeton University Press
    • Y. Michaud, Locke, éditions Bordas, Paris
  • 1987,
    • Richard Ashcraft, Locke’s Two Treatises of Government, London: Allen and Unwin
    • Ruth W. Grant, "John Locke's Liberalism", Chicago University Press, Chicago
  • 1988, Thomas L. Pangle, The Spirit of Modern Republicanism: The Moral Vision of the American Founders and the Philosophy of Locke, Chicago: University of Chicago Press
  • 1990,
    • Richard Ashcraft, "John Locke’s library: portrait of an intellectual", In: J. S. Youlton, dir., "A Locke Miscellany: Locke Biography and Criticism for All", Bristol: Thoemmes, pp226-245
    • James Tully,, dir., "John Locke: A Letter Concerning Toleration", Indianapolis, IN: Hackett
    • J. S. Youlton, dir., "A Locke Miscellany: Locke Biography and Criticism for All", Bristol: Thoemmes
  • 1991,
    • Richard J. Arneson, "Lockean Self-Ownership: Towards a Demolition", Political Studies, Vol 39, n°1, mars, pp36–54
    • Richard Ashcraft, dir., "John Locke: Critical Assessments", Vol. II, London: Routledge
    • Ruth W. Grant, "John Locke’s Liberalism", Chicago, University of Chicago Press
    • N. Tarcov, "Locke y la educación para la libertad", Bs. As., Centro Editor Latinoamericano
    • Jean-Michel Vienne, Expérience et raison. Les fondements de la morale selon Locke, éditions Vrin
  • 1992,
    • John Marshall, "John Locke and Latitudinarianism", In: R. Kroll, R. Ashcraft et P. Zagorin, dir., Philosophy, Science and Religion in England, 1640–1700, Cambridge: Cambridge University Press
    • G. A. J. Rogers, "Locke and the Latitude-Men: Ignorance as a Ground of Toleration", In: R. Kroll, R. Ashcraft et P. Zagorin, dir., Philosophy, Science and Religion in England, 1640–1700, Cambridge: Cambridge University Press
    • A. J. Simmons, "The Lockean Theory of Rights", Princeton: Princeton University Press
  • 1993, A. J. Simmons, "On the Edge of Anarchy: Locke, Consent and the Limits of Society", Princeton: Princeton University Press
  • 1994,
    • H. Aarsleff, "Locke’s Influence", In: V. Chappel, dir., "The Cambridge Companion to Locke", Cambridge: Cambridge University Press
    • V. Chappel, dir., "The Cambridge Companion to Locke", Cambridge: Cambridge University Press
    • Jean-Philippe Feldman, “Le trust lockien” In: Stéphane Rials, dir., Le Droit des modernes : XIVe-XVIIIe siècles, Paris : L.G.D.J., pp135-152
    • W. Leyden, "Hobbes e Locke. Libertà e obbiezione politica", Bologna, Il Mulino
    • G. A. J. Rogers, dir., "Locke’s Philosophy: Content and Context", Oxford: Clarendon Press
    • J. Schneewind, "Locke’s Moral Philosophy", In: V. Chappel, dir., "The Cambridge Companion to Locke", Cambridge: Cambridge University Press
  • 1996, Richard Ashcraft, "Revolutionary Pollitics & Locke’s Two Treatises of Government", Princeton, Princeton University Press
  • 1997,
    • Hussein M. Adam, "Hobbes, Locke, Burke, Ibn Khaldun, and Reflections on the Catastrophe in Somalia”, In: Hussein M. Adam et Richard Ford, dir., "Mending Rips in the Sky: Options for Somali Communities in the 21st Century", Lawrenceville, N.J.: The Red Sea Press
    • Jerome Huyler, Was Locke a Liberal?, The Independent Review, Vol 1, n°4, spring, pp523-542
    • Mark Goldie, dir., "Locke, John. Political Essays", Cambridge: Cambridge University Press
  • 1998,
    • D. Azzaretto, La teoria della proprietà nel pensiero politico di Locke, Milano, Lo Zibaldone
    • M. Cranston, "John Locke: A Biography", London, Longmans
    • Gordon Diem, "Locke, Hobbes, and the Free Nation", Formulations (publication de la Free Nation Foundation), Vol 5, n°19, spring
    • M. F. Griffith, "John Locke’s influence on American government and public administration", In: T. D. Lynch & T. J. Todd, dir., "Handbook of organization theory and management: The philosophical approach", New York: Marcel Dekker, pp125-138
    • J. Mackie, "Problemas en torno a Locke", México, Universidad Autónoma
    • Marc Parmentier, Introduction à l’Essai sur l’entendement humain de Locke, PUF coll. Les grands livres de la philosophie
    • Pasquale Pasquino, “Locke on King’s prerogative”, Political Theory, avril, Vol 26, n°2
  • 1999, James Tully, "A Discourse on Property : John Locke and his Adversaries", Cambridge University Press
  • 2000,
    • Carlo Lottieri, Diritti naturali, rule of law e "poteri neutri". Per una critica lockiana della filosofia liberale contemporanea, Rivista internazionale di filosofia del diritto, Vol LXXVII, n°1, pp30-58
    • M. Novaro, "Representación y liderazgo en las democracias contemporánease, Rosario, Homo Sapiens
  • 2002,
    • Peter R. Anstey, "Locke, Bacon and Natural History", Early Science and Medicine, 7(1), pp65-92
    • Laura Berchielli, Color, Space, and Figure in Locke: An Interpretation of the Molyneux Problem, Journal of the History of Philosophy, vol.40, no.1, pp47-65
    • Peter Judson Richards, "'The Law Written in Their Hearts' Rutherford and Locke on Nature, Government, and Resistance", Journal of Law and Religion Vol XVIII, n°1, Fall, pp151-189
    • Victor Nuovo, dir., "John Locke: Writings on Religion", Oxford University Press
    • Jeremy Waldron, "God, Locke, and Equality. Christian foundations of John Locke’s political thought", Cambridge, Cambridge University Press
    • J. Yolton, "John Locke and the Way of Ideas", Oxford, University of Oxford
    • Michael P. Zuckert, "Launching liberalism. On Lockean political philosophy", Lawrence (Kansas), University of Kansas
  • 2003,
    • Peter Anstey, dir., "The philosophy of John Locke. New perspectives", Routledge, London
    • Peter Groenewegen, Gianni Vaggi, "Dudley North, 1641–91 and John Locke, 1632–1704: Early Critical Reactions to Mercantilism", In: Peter Groenewegen, Gianni Vaggi, dir., "A Concise History of Economic Thought. From Mercantilism to Monetarism", Palgrave, pp23-28
    • J. J. Jenkins, "Understanding Locke", Edimburgo, University Press
    • Carlo Lottieri, Le origini tomiste della tradizione lockiana: la lezione di Alessandro Passerin d'Entrèves, Per la filosofia, Vol XX, n°57, pp45-63
    • Karen Vaughn, "John Locke, economista y sociólogo", México, F. C. E.
  • 2004,
    • M. J. Cresswell, "Legitimizing Force: A Lockean Account”, Armed Forces & Society, 30, Summer, pp629-648
    • Roberto Dania, "La teoría lockeana de la apropiación: respondiendo a Nozick" ("La théorie Lockéenne de la propriété : réponse à Nozick"), Laissez-Faire, n°21, septembre, pp57-68
    • Lucas E. Morel, "Locke, Lincoln, and American capitalism", In: Richard M. Ebeling, dir., "Economic Theories and Controversies", Hillsdale: Hillsdale College Press, Champions of freedom Vol 31, ISBN 0916308529, pp101-112
  • 2007,
    • Edward Feser, "Locke", Oxford: Oneworld Publications
    • C. Nino, "Fundamentos del liberalismo político. Derechos humanos y democracia deliberativa", Barcelona, Gedisa
    • Roger Woolhouse, "Locke: A Biography", Cambridge University Press



  • Gottfried W. Leibniz, Nouveaux Essais sur l’Entendement Humain,
  • Voltaire, Lettres philosophiques,
  • Étienne Balibar, Identité et différence. L’invention de la conscience, éditions du Seuil, coll. Essais, Paris
  • Marc Parmentier, Le vocabulaire de Locke, éditions Ellipses

Citations

  • « Le peuple ne peut déléguer au gouvernement le droit de faire quoi que ce soit que les individus n'auraient pas le droit de faire eux-mêmes. »
  • « Il n’y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges & absurdes que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux et indéterminés » (Essai sur l'entendement humain)

Voir aussi

Liens externes

Sources de cet article

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.

7684-efdur-Justice.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail concernant le droit et la justice.

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.