Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Néolibéralisme

De Wikiberal
(Redirigé depuis Néo-libéralisme)

Le néolibéralisme désigne le plus souvent de manière péjorative les idées libérales et a aussi désigné dans le passé quelques écoles philosophiques qui s'en sont réclamées, autour du colloque Walter Lippmann.

Définition

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le terme de néolibéralisme est apparu dès la fin du XIXe siècle et non pas récemment. Charles Gide, économiste français et idéologue central du mouvement coopératif, dans un article polémique contre l'économiste italien, Maffeo Pantaleoni, utilise ce terme en 1898[1]. Il définit le néolibéralisme comme un retour aux théories économiques classiques libérales d'Adam Smith : il rattache Pantaleoni, Pareto et Walras à la "nouvelle école libérale" (alors que Frédéric Le Play appartiendrait selon lui à "l'école libérale dissidente").

Le concept de néolibéralisme est devenu, au cours de ces vingt dernières années, une exhortation à de nombreux débats politiques et universitaires[2]. Cela a notamment été le cas chez les auteurs qui utilisent le concept de manière péjorative, décrivant ce qu'ils perçoivent comme la propagation d'un capitalisme lamentable et d'un consumérisme dévoyé, ainsi que de la démolition aussi déplorable de l'Etat-providence[3]. Le concept est devenu un terme générique pour certains auteurs décrivant la dépréciation de presque tout développement économique et politique. Et donc le néolibéralisme est jugé comme une utopie[4]. Il serait indésirable et malsain car prompt à l'exploitation du peuple[5] et associé à la mondialisation, il nous entraînerait dans une spirale inégalitaire infernale[6]. Pierre Bourdieu[7] utilise la rhétorique guerrière pour assimiler le néolibéralisme comme un envahisseur dont il serait un farouche résistant. Le néolibéralisme, selon toujours le sociologue français disposerait de deux bras armés, le FMI et l'OCDE.

Quand il n'est pas utilisé par des anti-libéraux[8], le terme néolibéralisme, associé à néolibéral, sert souvent d'étiquette par défaut pour les théoriciens en panne d'inspiration qui, bien souvent oublient d'en donner la définition ou prétendent qu'il est impossible d'en donner une précisément [9]. Autant dire que le terme n'a aucun sens pour un libéral, sinon l'utilité très pratique de pouvoir cerner par le simple indice de l'emploi de ce concept, la prévention idéologique de la personne qui s'en sert (révélateur de préjugés qui fonctionne aussi avec ultralibéral).

Historique

Tout d'abord, dans les années 1930, le terme a servi à désigner un courant de réaffirmation des idées libérales, alors que les idées collectivistes dominaient les esprits, et dont Louis Rougier fut en son temps le fer de lance, en organisant le Colloque Walter Lippmann.

Ensuite, au début des années 1980, les compléments apportés à la théorie « néoclassique » (en économie) ayant fait leur apparition dans le débat public (coûts de transaction, théorie des choix publics, anticipations rationnelles, capital humain, etc.) et puisque le terme de "néo néo classicisme" paraissait peu souhaitable, on les a appelé « nouveaux économistes », puis « néo-libéraux » en raison de leur anti-keynésianisme. L'un de ceux-ci, Henri Lepage, a d'ailleurs intitulé un chapitre de Demain le libéralisme (1980) : "Les nouveaux libéraux et l'idée de justice".

Mauvais usages du terme

L'étiquette néo-libérale qualifie souvent les monétaristes de l'École de Chicago, alors que beaucoup de théories monétaristes passent par une intervention de l'État et des Banques Centrales, contrairement au point de vue libéral classique ; il y a donc un non-sens.

Certains détracteurs du libéralisme intègrent au « néo-libéralisme » le courant de pensée de l'économie de l'offre qui a notamment été animé par Arthur Laffer et George Gilder, tous deux membres de l’université de Californie du sud, cherchant à montrer que les difficultés économiques contemporaines proviennent d’une insuffisance de facteurs de production due à l'intervention de l'État.

Pour certains, le néolibéralisme rejoindrait le mondialisme : la volonté d'abolir les frontières nationales ou d'instaurer un gouvernement mondial.

Inversement, le terme de « néo-libéraux » est parfois accolé aux néoconservateurs, qui sont aussi peu libéraux que le ciel est vert.

Ce qui est en général sous-entendu par celui qui emploie le terme de néo-libéral comme une insulte (ce qui est le cas le plus fréquent), est que, contrairement aux "bons" libéraux des Lumières qui se préoccupaient de défendre les droits de l'homme, les néo-libéraux ne s'intéressent qu'à défendre un prétendu "pouvoir du marché". Il semble implicite pour les critiques du "néolibéralisme" que participer à un marché, créer une entreprise, faire du profit, etc. ne fait pas partie des droits de l'homme, qui ne concerneraient pas le champ économique. A ce sujet, Alain Laurent nie que ce qu'on appelle "néolibéralisme" soit fondamentalement différent du libéralisme classique :

Le néolibéralisme (si l'on entend par là ce qui était professé par Hayek, Mises ou Milton Friedman) n'a jamais fait qu'actualiser, adapter aux circonstances contemporaines, le libéralisme classique. Quelqu'un comme Smith a défendu simultanément liberté économique et liberté politique. (...) Les soi-disant néolibéraux ne disent rien d'autre, ils ne font qu'adapter ce que Smith, Turgot, Say, Bastiat, Benjamin Constant et même Tocqueville ont déjà dit. (...) La liberté ne se divise pas.[10]

Le terme de néolibéralisme présentant une certaine ambiguïté idéologique et historique, la tendance chez les antilibéraux de droite comme de gauche est à l'emploi du terme tout aussi inadéquat, mais qui se veut davantage stigmatisant, d'ultralibéralisme.

Citations

  • « C’est pour moi une imposture. Les problèmes de sémantique sont persistants. Le terme de néo-libéralisme a été forgé par des antilibéraux, il y a tout juste une trentaine d’années. En 1930, avant la Seconde guerre mondiale, des colloques d’intellectuels ont créé ce mot puis il a été oublié. Il n’a ressurgi qu’au cours des années 1980. Le libéralisme est revenu d’actualité à ce moment-là en France et en Italie, qui jusqu’ici avaient des partis communistes et une pensée marxiste très présents dans les mœurs. Dans tous les pays où il y avait de forts partis communistes, des idées libérales ont de nouveau suscité l’intérêt. En Angleterre et aux États-Unis, il y a eu Reagan et Thatcher qui ont mené des politiques plutôt libérales. Jusqu’aux années 1980, les politiques étaient particulièrement étatistes. Ce n’est qu’après cette période qu’on a commencé à parler de privatisation, de dérégulation et de mondialisation, qui se sont imposés dans les faits. C’est à partir de là qu’est revenu le terme de néo-libéralisme. » (Alain Laurent, L'Agefi, 27/09/2013)
  • « Le néolibéralisme ça n'existe pas ! Comme les moulins à vent de Don Quichotte, il n'est désigné que pour justifier et motiver une épopée. Mais la doctrine néolibérale n'existe que dans l'esprit de ses ennemis. (...) L'habileté diabolique des hommes de la « gauche moderne », de tous ceux qui s'étaient si constamment et tragiquement trompés, a consisté à faire croire à l'existence d'un ennemi imaginaire : le néolibéralisme. » (Pascal Salin, Le Figaro, 6/2/2002)

Notes et références

  1. * Charles Gide, 1898, "La coopération a-t-elle introduit un principe nouveau en économie ?"; The Economic Journal, 8, pp490-511
  2. * Alain Touraine, 2001, Beyond Neoliberalism. Cambridge: Polity Press
    • Roar Hagen, 2006, Nyliberalismen og samfunnsvitenskapene – refleksjonsteorier for det moderne samfunnet (Le néo-libéralisme et les sciences sociales - les théories de réflexion sur la société moderne), Oslo: Universitetsforlaget
  3. * Dieter Plehwe, Bernard Walpen et Gisela Neunhöffer, dir., 2006, Neoliberal Hegemony – A Global Critique. London: Routledge
  4. * Pierre Bourdieu, 1998, “L'essence du néolibéralisme. Cette utopie, en voie de réalisation, d'une exploitation sans limite”; Le Monde diplomatique, Mars
  5. * Noam Chomsky, 1999, "Profit over People – Neoliberalism and Global Order", New York: Seven Stories Press
  6. * John Rapley, 2004, Globalization and Inequality: Neoliberalism‘s Downward Spiral, Boulder, Colorado: Lynne Rienner
  7. * Pierre Bourdieu, 1998, Contre-feux: Propos pour servir à la résistance contre l'invasion néo-libérale, Paris: Éditions Liber
    • Pierre Bourdieu, 2001, "Contre-feux 2: Pour un mouvement social européen", Paris: Éditions Raisons d'agir
  8. C'est-à-dire des gens plus désireux de colporter des clichés en jouant leur rôle si confortable de gardiens héroïques d'un monde en péril
  9. * Alfredo Saad-Filho et Deborah Johnston, 2005, Neoliberalism – A Critical Reader, London: Pluto Press
  10. "Quelle est la différence entre libéralisme et néo-libéralisme ?", Enquête & Débat]

Bibliographie

  • 1950,
    • Jaques Cros, "Le néo-libéralisme‖ et la révision du libéralisme", Thèse Droit. Toulouse: Imprimerie Moderne
    • Hero Moeller, "Liberalismus", Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, Vol 162, pp214-240
  • 1954, Erich Arndt, “Neuliberalismus und Wirklichkeit – Neue Wege und alte Dogmen” («Le néo-libéralisme et la réalité - de nouveaux moyens et des dogmes anciens"), Gewerkschaftlicher Monatshefte, 5, pp137-142
  • 1955, Carl J. Friedrich, The Political Thought of Neo-Liberalism, American Political Science Review, Vol. XLIX, pp509-525
  • 1960, Henry M Oliver, Jr, "German neoliberalism", The Quarterly Journal of Economics, 74:1, February, pp117–149
  • 1961, Egon Edgar Nawroth, "Die Sozial- und Wirtschaftsphilosophie des Neoliberalismus" (La philosophie économique et sociale du néolibéralisme), Heidelberg: F. H. Kerle
  • 1962, Egon Edgar Nawroth, "Die wirtschaftspolitischen Ordnungsvorstellungen des Neoliberalismus" ("La politique économique de l'idée de l'ordre néo-libérale"), Köln: Carl Heymann
  • 1965, Helmut Paul Becker, "Die Soziale Frage im Neoliberalismus" (« La question sociale dans le néo-libéralisme »), Analyse und Kritik, Heidelberg
  • 1970, Edward N. Megay, Anti-Pluralist Liberalism: The German Neoliberals, Political Science Quarterly, Vol 85, n°3, Sep., pp422-442
  • 1978, W. Sarduski, "The Political Doctrine of Neoliberalism and the Problem of Democracy", Panstwo i Prawo, 3, pp90-100
  • 1982, Wilfried ver Eecke, “Ethics in Economics: From Classical Economics to Neo-Liberalism”, Philosophy and Social Criticism, 9, pp145-168
  • 1987,
    • Gerrit Meijer, The History of Neoliberalism: Affinity to Some Developments in Economics in Germany, Festschrift in Honour of Anghel N. Rugina, Part II, International Journal of Economics, Vol 14, pp142-155
    • Gerrit Meijer, The History of Neoliberalism: A General View and Developments in Several Countries, Rivista Internazionale di Scienza Economiche e Commerciali, Vol 34 pp577-591
  • 1988, Gerrit Meijer, Het Neoliberalisme. Neoliberalen over Economische Orde en Economische Theorie, Van Gorcum, Assen/Maastricht
  • 1989, Enrique de Diego Villagrán, "La ofensiva neo-liberal", Barcelona : Ediciones del Drac
  • 1992, Barry Levine, dir., "El Desafío Neoliberal, El Fin del Tercermundismo en América Latina" ("Le défi néolibéral, la fin du tiers-monde en Amérique latine"), Bogotá: Grupo Editorial Norma
  • 1997, Anna-Maria Blomgren, "Nyliberal politisk filosofi. En kritisk analys av Milton Friedman, Robert Nozick och F. A. Hayek" (Philosophie politique néolibérale. Une analyse critique de Milton Friedman, de Robert Nozick et de Friedrich Hayek), Nora: Bokförlaget Nya Doxa (en norvégien)
  • 1998, Mats Lundström, “Hayek, utilitarismen och nyliberalismen” (Hayek, l'utilitarisme et le néo-libéralisme), Statsvetenskaplig Tidskrift, 101, pp313-321 (en suédois)
  • 2000,
    • Roberto Salinas-Leon, "A Moratorium on 'Neo-Liberalism'", In: Richard M. Ebeling, dir., "Human Action: A 50-Year Tribute", Hillsdale, Mich.: Hillsdale College Press, pp261-270
    • Bernhard Walpen, Von Igeln und Hasen oder : Ein Blick auf den Neoliberalismus [hérissons ou lapins : Un regard sur le néolibéralisme], Utopie kreativ, n°121-122, novembre-décembre, p1071
  • 2001, John Campbell et Ove K. Pedersen, dir., The Rise of Neoliberalism and Institutional Analysis, Princeton, New Jersey: Princeton University Press
  • 2005,
    • Simon Clarke, “The Neoliberal Theory of Society”, In: Alfredo Saad-Filho et Deborah Johnston, dir., Neoliberalism – A Critical Reader, London: Pluto Press, pp50-59
    • David Harvey, "A Brief History of Neoliberalism", Oxford: Oxford University Press
    • Tormod Hermansen, “Den nyliberalistiske staten” (L'Etat néo-libéral), Nytt Norsk Tidsskrift, 21, pp306-319 (en norvégien)
    • Thomas I. Palley, “From Keynesianism to Neoliberalism: Shifting Paradigms”, In: Alfredo Saad-Filho et Deborah Johnston, "Neoliberalism – A Critical Reader", London: Pluto Press, pp20-29
  • 2007,
    • Dag Einar Thorsen et Amund Lie, “Kva er nyliberalisme?” ("Qu'est-ce que le néolibéralisme?"), In: Dag Harald, dir., Nyliberalisme—ideer og politisk virkelighet (Idées du néolibéralisme et la réalité politique), Oslo: Universitetsforlaget (en norvégien)
    • François Denord, « Le prophète du néo-libéralisme français », Philosophia scientiae, Cahier spécial, pp121-133
  • 2008, Philip Plickert, "Wandlungen des Neoliberalismus—Eine Studie zur Entwicklung und Ausstrahlung der ‘Mont Pèlerin Society'" (« Les transformations du néo-libéralisme - Une étude sur le développement et la diffusion de la « Société du Mont-Pèlerin »), Stuttgart, De Gruyter Oldenbourg
  • 2009,
    • Mabel Berezin, "Illiberal Politics in Neoliberal Times: Culture, Populism and Security in the New Europe", Cambridge: Cambridge University Press
    • Taylor C. Boas, Jordan Gans-Morse, "Neoliberalism: From New Liberal Philosophy to Anti-Liberal Slogan", Studies in Comparative International Development, June, Vol 44, n°2, pp137–161
    • Oliver Marc Hartwich, "Neoliberalism: The Genesis of a Political Swearword" (Néolibéralisme : la genèse d'un juron politique), The Centre for Independent Studies, St Leonard, NSW, Australia
    • Raymond Plant, "The Neoliberal State", Oxford University Press
  • 2010, Ravi K. Roy, Manfred B. Steger, "Neoliberalism: A Very Short Introduction", Oxford University Press
  • 2012, Serge Audier, "Néo-libéralisme(s): Une archéologie intellectuelle", Paris:Grasset
  • 2014, Thomas Biebricher, "Power in Neoliberal Thought", Journal of Political Power, Vol 7, n°2, pp193–210

Liens externes

Interro jer suite.png Accédez d'un seul coup d’œil au lexique des principaux termes du libéralisme.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.