Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Inaptocratie

De Wikiberal
Ineptocracy.jpg

L'inaptocratie (ou "ineptocratie") est le gouvernement des incapables. Selon la définition (souvent attribuée par erreur à Jean d'Ormesson) :

« Inaptocratie : un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d'un nombre de producteurs en diminution continuelle. »

En fait, il s'agit d'une traduction plus ou moins fidèle du terme anglais ineptocracy[1]. Le terme ineptocracy n'a pas une origine bien déterminée. Il a été utilisé en 2011 par le politicien travailliste anglais Paul Flynn[2], mais il circulait des années auparavant sur Internet.

Origines de l'inaptocratie

Inaptocratie.jpg

Deux principes empiriques régissant les organisations humaines (et donc la politique), les principes de Peter et de Dilbert, peuvent expliquer l'évolution des gouvernants vers l'inaptocratie :

  • principe de Peter : « tout employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence » (et donc, « avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent incapable d'en assumer la responsabilité ») ;
  • principe de Dilbert (plus pessimiste) : « les gens les moins compétents sont systématiquement affectés aux postes où ils risquent de causer le moins de dégâts : l'encadrement ».

La démocratie, également, favorise non pas la compétence des dirigeants, mais leur habileté à séduire l'électeur médian en lui faisant des promesses démagogiques, irréalistes ou mensongères :

Le peuple chérit l'incompétence, non seulement parce que de la compétence intellectuelle il n'est pas juge et parce qu'il apprécie la compétence morale à un point de vue qui est faux ; mais encore parce qu'il aime avant tout, ce qui est très naturel, que ses élus lui ressemblent. (Émile Faguet, Le culte de l'incompétence et l'horreur des responsabilités, 1910)

La politique devient alors un métier isolé de la vie économique et sociale réelle du pays, où c'est la communication qui domine ainsi que les combines partisanes, le discours et les bonnes intentions suppléant à l'incompétence des dirigeants. L'évolution de la démocratie vers la particratie aboutit également à un partage du pouvoir entre les partis représentatifs, indépendamment des compétences des dirigeants :

Cette singulière attribution des ministères en raison de l'incompétence des titulaires semble, au premier regard, un simple jeu, une simple coquetterie spirituelle et raffinée de la déesse Incompétence. C'est un peu cela ; ce n'est pas cela, tout à fait cela. Les ministères sont d'ordinaire attribués ainsi parce qu'il s'agit pour celui qui les forme de donner une portion de pouvoir à chacun des groupes de la majorité sur laquelle il veut s'appuyer. (Émile Faguet, Le culte de l'incompétence et l'horreur des responsabilités, 1910)

En outre, il faut distinguer les hommes politiques, qui ont un pouvoir apparent, des membres de la fonction publique, qui ont le pouvoir effectif. Comme le rappelle Mencius Moldbug, l'État peut être assimilé à une entreprise qui n'a pas de finalité claire, et dont les "employés" (faute de concurrence et à cause de l'impuissance des "actionnaires"-citoyens) en viennent à servir non pas les individus, mais eux-mêmes. C'est une oligarchie de fonctionnaires qui détient alors le pouvoir réel ; de l'extérieur, leur action semblera relever de l'inaptocratie, car leur compétence se limitera à permettre au système de perdurer tel qu'il est, afin de continuer à favoriser leur caste.

En poussant jusqu'au bout le principe de Dilbert, on aboutit à la conclusion, optimiste ou pessimiste selon les points de vue, que la politique pourrait bien être le moyen qu'a trouvé la société civile de fournir une occupation à la frange la plus incapable et la plus immorale de ses membres. L'impôt serait seulement le prix à payer pour que les inaptes et les malfaisants laissent tranquilles les capables et les industrieux. Ces derniers, étant plus intelligents, trouveraient toujours un moyen de remédier aux décisions imbéciles des inaptes, ou de les contourner. Le pouvoir (ou plutôt l'illusion du pouvoir) serait ainsi détenu non par une élite, mais par la lie de la société :

Les gens avisés, bons, intelligents, compétents et travailleurs n'ont pas besoin de politique. Ils ont déjà un emploi. (Peter Jake O'Rourke, All the trouble in the world, 1994)

Nassim Nicholas Taleb parle des "IYI" (Intellectual Yet Idiot) pour désigner la caste des intellectuels proches du pouvoir ou de l’État, que leur fonction apologétique transforme en bureaucrates[3]. Scientistes mais peu rigoureux, ils se trompent continuellement tout en faisant preuve de la plus grande arrogance. Il s'agira aussi bien d'économistes gagnés aux idées du keynésianisme que de philosophes n'hésitant pas à soutenir les pires totalitarismes (au XXe siècle : Heidegger pour le nazisme, Sartre et Beauvoir pour le stalinisme et le maoïsme, etc.).

À population inapte, dirigeants ineptes

Serge Schweitzer s'oppose à l'idée selon laquelle les fonctionnaires ou les politiciens seraient imbéciles[4]. Ils font au contraire preuve de trésors d'ingéniosité pour dépouiller leurs compatriotes (à hauteur de la moitié de la richesse nationale en France) sans que ces derniers se révoltent : procédés d'illusion fiscale, "pédagogie" pour expliquer le "devoir fiscal" et encourager le fanatisme pro-État, marginalisation des opposants, complexification volontaire de la législation (et notamment de la fiscalité), promesses de cadeaux fiscaux et de biens publics, prise en compte de la courbe de Laffer pour savoir jusqu'où aller dans les taux d'imposition, privilèges accordés à certaines minorités ou à certaines entreprises (capitalisme de connivence), etc. Les hommes de l’État ont également l'art de s'approprier le succès de réalisations privées[5] et inversement de rejeter la faute de leurs échecs sur la société civile ou sur certains groupes boucs émissaires.

De ce point de vue, la situation se trouve retournée : ce n'est plus le gouvernant qui est inapte, car il mène efficacement pour son propre compte son travail de spoliation généralisée (voir la théorie des choix publics), c'est le gouverné, qui accepte cet état de choses sans s'y opposer :

C’est bien le peuple qui délaisse la liberté, et non pas le tyran qui la lui prend. (Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire)
Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres, n'est pas victime : il est complice. (George Orwell)
Si vous votez, vous n'avez pas le droit de chialer. Certains aiment dire le contraire. Ils prétendent que pour avoir le droit de chialer, il faut voter. Où est leur logique ? Si vous votez et élisez des politiciens incompétents et corrompus qui vont semer le bordel, alors vous en êtes responsable. Vous n'avez pas le droit de chialer. (George Carlin)

Bibliographie

Citations

  • La France est en train de devenir une Ineptocracie. (Charles Gave, 2012[6])
  • On peut se demander pourquoi des hommes soi-disant aussi éminents suivent des politiques aussi ridicules. A cette question une seule réponse. Ne jamais sous estimer le rôle de la bêtise dans l’Histoire ainsi que l’habitude des classes dirigeantes à mépriser le bon sens. (Charles Gave, 22/11/2015)
  • Cela porte un nom : le déclin... Nous sommes un continent en déclin et nous deviendrons les colonies des pays émergents. Je n’ai aucune raison d’être optimiste devant de telles attitudes de la part de ceux qui nous gouvernent. (...) La bêtise explique beaucoup de choses. (Claude Allègre, 27/12/2012[7])
  • Le marché de la stupidité humaine recoupe pour une très large part un autre marché : le marché politique. (Thierry Falissard[8])
  • Je crois que si on pouvait transformer la connerie en énergie, nous n'aurions plus aucun problème d'approvisionnement. (Jean-Pierre Petit)
  • L’expérience m’a depuis longtemps démontré que l’imbécile n’est jamais simple, et très rarement ignorant. L’intellectuel devrait donc nous être, par définition, suspect ? Certainement. Je dis l’intellectuel, l’homme qui se donne lui-même ce titre, en raison des connaissances et des diplômes qu’il possède. Je ne parle évidemment pas du savant, de l’artiste ou de l’écrivain dont la vocation est de créer — pour lesquels l’intelligence n’est pas une profession, mais une vocation. Oui, dussé-je, une fois de plus, perdre en un instant tout le bénéfice de mon habituelle modération, j’irai jusqu’au bout de ma pensée. L'intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire. (Georges Bernanos, La France contre les robots, 1947)
  • Les intellectuels en France détestent le libéralisme parce que, dans un régime libéral, ils seraient payés en fonction de leur valeur. (Raymond Boudon)
  • C'est toujours nous, les intellectuels, qui, par lâcheté, vanité et orgueil, avons fait ou faisons les pires choses. Nous qui avons un devoir particulier à l'égard de ceux qui n'ont pas pu étudier, nous sommes les traîtres de l'esprit, comme l'a dit le grand penseur français Julien Benda. C'est nous qui avons inventé et diffusé le nationalisme, comme l'a montré Benda, et nous suivons les modes idiotes. Nous voulons nous faire remarquer et parlons un langage incompréhensible mais très impressionnant, un langage docte, artificiel, que nous tenons de nos maîtres hégéliens. (Karl Popper, La Leçon de ce siècle[9])
  • Abruti : personne omniprésente dans les domaines de la spéculation intellectuelle, également très active dans les voies de l'activité morale. Crétin : membre d'une dynastie régnante dans les lettres et dans la vie. Imbécile : membre d'une grande et puissante tribu, dont l'influence dans les affaires humaines a toujours été prééminente. (Ambrose Bierce)
  • Une personne stupide est plus dangereuse qu'un bandit. (Carlo Maria Cipolla)
  • Quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse. (Georges Frêche)
  • Une seule pensée dans tout l’État, cela nivelle et égalise admirablement tous les cerveaux et ne permet pas ces différences entre les esprits supérieurs et les esprits moindres qui sont si désagréables à la vue. Une seule pensée dans tout l’État, cela est l’ordre même, puisqu’il est le contraire de l’irrégularité et par conséquent du désordonné. Une seule pensée dans tout l’État, c’est la fin de l’anarchie et l’anarchie impossible. Il n’y a pas de plus beau spectacle ; c’est la Beauce. La Beauce est une perspective admirable. (Émile Faguet, Le Culte de l’Incompétence, 1910)
  • On ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont créés. (Albert Einstein)
  • Les politiciens (...) peuvent être de grandes stars maintenant, ils sont chaque jour à la télévision et constituent l'objet du débat public, mais cela est presque entièrement dû au fait qu'ils sont une partie de l'appareil étatique actuel et de ses pouvoirs monopolistiques. Une fois ce monopole dissous, ces « stars » de la politique deviendraient des nullités, parce que dans la vraie vie, ils sont pour la plupart des moins que rien, de simples usurpateurs, des imbéciles. Seule la démocratie leur permet de s'élever à des postes élevés. Laissés avec leurs propres compétences, jugés par leurs propres réalisations personnelles, ils sont, presque sans exception, de parfaits inconnus. (Hans Hermann Hoppe, What Must Be Done)
  • Rien ne favorise autant l'exercice du pouvoir que l'ignorance et son corollaire la peur. (André Georget)
  • Pour emporter l'adhésion des masses, il faut leur dire les choses les plus stupides et les plus crues. (Adolf Hitler)
  • La vérité est l'ennemie mortelle du mensonge, et par extension, la vérité est le plus grand ennemi de l'État. (Josef Goebbels)
  • L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'Histoire. (Raymond Aron, Le spectateur engagé)
  • Le seul point positif de l’État, c'est son incompétence, parce que s'il pouvait vraiment faire ce qu'il voulait, ce serait affreux pour nous tous.[10] (Dr. Al Sears, Fat Head)
  • La politique est le seul métier qui se passe d'apprentissage, sans doute parce que les fautes en sont supportées par d'autres que par ceux qui les ont commises. (Achille Tournier, Pensées d’automne)
  • Les fautes en politique ont presque toujours des conséquences plus graves que les crimes. (Achille Tournier, Pensées d’automne)
  • Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles. (William Shakespeare)
  • La nécessité de vivre au milieu d'imbéciles n'est épargnée quasiment à personne. (Henry de Montherlant, Les Olympiques, 1924)
  • L'ambition dont on n'a pas les talents est criminelle. (Chateaubriand)
  • Un homme politique est cuit lorsqu'il n'est pas cru. (Pierre Dac)
  • Il ne faut pas se fier aux apparences. Beaucoup de gens n'ont pas l'air aussi bêtes qu'ils ne le sont réellement. (Oscar Wilde)
  • J'ai cru rencontrer de grands hommes mais je n'ai vu que des singes de leur propre idéal. (Friedrich Nietzsche)
  • Vous devez faire partie de l’intelligentsia pour croire des choses pareilles ; nul homme ordinaire ne saurait être aussi stupide. (George Orwell)
  • L'ennui en ce monde, c'est que les imbéciles sont sûrs d'eux et les gens sensés pleins de doutes. (Bertrand Russell)
  • Nous n'avons plus de grand homme, mais des petits qui grenouillent et sautillent de droite et de gauche avec une sérénité dans l'incompétence qui force le respect. (Pierre Desproges)
  • Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet. (Courteline)
  • C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal. (Hannah Arendt)
  • Les foules s'imaginent volontiers que leurs gouvernants appartiennent à une humanité supérieure infaillible. De là leurs fureurs dès qu'une défaillance révèle l'homme derrière l'idole. (Gustave Le Bon, Hier et demain. Pensées brèves, 1918)
  • Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaitre à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. (Jonathan Swift)
  • Les gens bêtes ne sont pas des victimes. Ce sont des veinards : ils ne se doutent de rien. (Henri Roorda)

Notes et références

  1. Ineptocracy dans Urban Dictionary : "a system of government where the least capable to lead are elected by the least capable of producing, and where the members of society least likely to sustain themselves or succeed, are rewarded with goods and services paid for by the confiscated wealth of a diminishing number of producers"
  2. Building the Ineptocracy, "An ineptocracy of greed", etc.
  3. The Intellectual Yet Idiot
  4. Pourquoi la révolte fiscale n'aura pas lieu ?
  5. Un exemple entre mille : la Statue de la Liberté, présentée comme "un cadeau de la France aux États-Unis" (sous-entendu : de l’État français à l’État américain), alors il s'agit d'un cadeau du peuple de France, à la suite d'une souscription privée.
  6. De l’ineptocracie comme systéme de gouvernement
  7. “Les écologistes sont des cons!”
  8. Un marché en pleine expansion : le marché de la stupidité humaine
  9. Karl Popper, La leçon de ce siècle, Editions Anatolia, Collection bibliothèques 10/18, 1993, p. 139
  10. "The only saving grace of government is that they're incompetent, because if they could do what they really want, it would be horrible for all of us."

Voir aussi

Liens externes

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.

Interro jer suite.png Accédez d'un seul coup d’œil au lexique des principaux termes du libéralisme.