Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Leadership évolutionnaire

De Wikiberal

La théorie du leadership évolutionnaire établit que le leadership et le followership sont des stratégies qui ont évolué au cours des temps ancestraux pour résoudre les problèmes de coordination sociale dans divers environnements, y compris les problèmes de mouvement de groupe, de stabilité économique, de maintien démographique intra-groupe et de concurrence intergroupes.

Liens entre la psychologie évolutionnaire et le leadership évolutionnaire

Selon la psychologie évolutionnaire, le cerveau de l'homme s'est spécialisé dans des mécanismes mentaux de planification, de communication, de prise de décision, de reconnaissance des compétences, d'apprentissage social et de gestion des conflits. Bien que ces facultés soient généralement associées à un raisonnement, ces pré-adaptations cognitives pour le leadership furent probablement présentes bien avant que les humains modernes ne soient apparus en première scène et n'ont cessé d'évoluer. Deuxièmement, les structures organisationnelles modernes sont parfois incompatibles avec certains aspects de notre psychologie du leadership qui ont évolué. Ce qui semblait autrefois expliquer l'aliénation et la frustration de beaucoup de citoyens et d'employés a aujourd'hui évolué sous l'angle de la collaboration et de la participation.

Il existe deux grandes positions théoriques contrastées sur les origines et sur l'évolution du leadership chez les humains avec des implications pour les types de personnalités qui sont attirées par des postes de leader. La première est une théorie qui voit le leadership comme l'issue des batailles de dominance entre les membres du groupe (principalement des hommes). L'argument socio-biologique[1] est que l'évolution a doté les individus avec des capacités psychologiques et physiques pour rivaliser dans leur statut de domination. Dans cette vision, la position d'un individu dans la hiérarchie du groupe détermine sa facilité d'accès ou non aux ressources reproductives. Le leadership est donc le produit des compétitions ​​où les leaders occupent les premières positions dans la hiérarchie. En vertu de leur position, les leaders peuvent exercer un pouvoir sur les individus de rang inférieur. Il est clair que cette théorie a nourri le leadership héroïque avec ses sous-produits, comme le leadership dominateur, autoritaire et despotique, essayant d'exploiter les ressources du groupe pour leurs propres bénéfices et ceux de leurs proches alliés. Cependant, certains attributs apparemment arbitraires comme la taille, l'âge, le poids et la santé ont gardé une importance relative dans cette perspective évolutive. La grande taille joue toujours un rôle d'intimidation face aux ennemis. Les suiveurs ont fait évoluer leur préférence pour des dirigeants en forme physique et en bonne santé dans les situations où la force et l'endurance sont importantes pour l'énergie nécessaire à la fonction.

L'autre perspective du leadership évolutionnaire considère le leadership comme une adaptation au niveau du groupe permettant aux individus de mieux fonctionner dans ces groupes. Le leadership est un dispositif de coordination qui aide les individus à résoudre les problèmes à l'égard de la planification et de l'exécution des tâches du groupe telles que le partage des ressources et la prise de décision. Avoir quelqu'un en tant que leader sert les intérêts des suiveurs, car ils peuvent profiter des avantages d'être dans un groupe très coordonné et cohérent.

Les phases historiques du leadership évolutionnaire

Mark Van Vugt (2008) établit trois phases distinctes dans le développement humain, où la nature du leadership s'est modifiée pour refléter les changements culturels et sociaux : l'émergence du genre humain, le développement de l'agriculture et la révolution industrielle.

La première phase, et de loin la plus longue, s'est étendue il y a environ 2,5 millions d'années jusqu'à la fin de la dernière période glaciaire, il y a 13 000 ans environ. Certaines stratégies efficaces de leadership et de followership furent sélectionnées de façon naturelle, façonnant une psychologie du leadership que nous vivons encore aujourd'hui (compétence, bienveillance). Pendant tout ce temps, nos ancêtres ont probablement vécu en tant que semi-nomades, en bandes de chasseurs-cueilleurs constituées de 50 à 150 individus. Mark Van Vugt en arrive à ses inductions grâce aux études ethnologiques sur les sociétés de chasseurs-cueilleurs des Kung San du désert du Kalahari et des Yanomami en Amazonie. Ces groupes sont fondamentalement égalitaires, sans chef formel. L'influence de chacun est limitée à son domaine d'expertise (chasse, pêche, esprit guerrier, sagesse des aînés). La collaboration entre les suiveurs a permis aux premiers humains de se déplacer au-delà de la volonté des hiérarchies de domination observées chez les primates vers un style de leadership plus orienté vers un leadership de pair à pair.

La seconde phase a commencé avec le développement de l'agriculture, il y a environ 13 000 ans avec l'installation des groupes. Les populations ont augmenté rapidement et pour la première fois dans l'histoire humaine les communautés ont accumulé des ressources en surplus. Elles avaient besoin de chefs pour redistribuer ce surplus et faire face à l'augmentation des conflits au sein des groupes et entre les groupes. Le pouvoir des leaders a progressé en conséquence, et avec lui la possibilité d'abuser de ce pouvoir. Le leadership s'est formalisé dans un style de leadership autoritaire avec l'émergence des premiers chefs de tribu et des rois, ainsi que des chefs de guerre déterminés à extraire les ressources par la force.

La révolution industrielle représente la troisième phase, il y a 250 ans. Cette période a ouvert la voie pour la phase actuelle du leadership. Au début de cette ère, les subordonnés, appelés citoyens pour le leadership politique et employés pour le leadership managérial ont acquis plus de liberté face aux leaders autoritaires.

L'évolution du leadership vers le futur

La nouvelle vague des études sur le leadership évolutionnaire ne s'intéresse pas tellement aux origines psychologiques et aux phases historiques du leadership, mais elle considère le leadership d'un point de vue prospectif et environnemental. Ces recherches analysent comment prendre des décisions personnelles et organisationnelles qui soient conformes à l'obtention d'une civilisation mondiale durable, mais qui peuvent encore offrir des profits aux entreprises. Le leader évolutionnaire fait face à l'inconnu et ressent ce qui va émerger dans un proche ou lointain futur. Selon une formule rapide, le leader évolutionnaire est celui qui est obligatoire pour demain mais qui est déjà indispensable aujourd'hui pour atteindre ce monde là.

Le leadership classique tentait d'obtenir des résultats grâce à des stratégies d'entreprise rationnelles dans lesquelles les clients, les concurrents et les résistances au sein d'une organisation étaient considérés comme des opposants à surmonter et à réprimer. Le leadership évolutionnaire s'appuie sur la théorie des parties prenantes car il voit tous ces groupes dans le cadre d'une communauté plus large, et il établit des relations avec eux. Le leadership évolutionnaire est un leadership collaboratif cherchant à augmenter les nouvelles méthodes de production et à diminuer les résistances individuelles ou de groupe en utilisant un leadership discursif et esthétique par la psychologie et la sensibilisation. Le leadership évolutionnaire est un leadership transformationnel qui se concentre sur les cadres mentaux. Il prend conscience de la complexité des forces et des changements en œuvre dans le monde et du désir de l'être humain de participer pleinement à la co-création d'un monde qui offre plus de sens à tous.

Le leadership évolutionnaire adopte la philosophie d'un leadership transcendantal et les moyens de compréhension totale d'un leadership intégral. Il définit ce dont nous sommes conscients (les données brutes et visibles ou les données subtiles et invisibles, les liens de causalité unique ou multiple. Le leadership évolutionnaire nous rappelle où nous devons aller en prenant soin de nous en tant qu'individu, de la famille, du groupe local, régional, national, trans-national jusqu'à l'humanité toute entière. Le leadership évolutionnaire répond à notre perception du temps immédiat, à court et moyen terme mais aussi à très long terme. Le temps est à la fois linéaire et objectif mais aussi non linéaire et subjectif. Enfin, le leadership prend en compte les polarités binaires (intérieur/extérieur ; rationnel/intuitif ; individuel/collectif ; un/plusieurs).

Un leader évolutionnaire est un leader multi-dimensionnel, qui apprend de façon évolutionnaire des nouvelles sciences et des nouvelles disciplines pour développer une nouvelle vision du monde. Cette nouvelle vision du monde est une perspective évolutive de la durabilité concernant les personnes, la planète et le profit. Les leaders évolutionnaires ont la capacité de penser selon leur point de vue personnel et ils font ressortir par leurs actions ce qu'il y a de meilleur chez les gens. Ils adoptent donc un leadership appréciatif.

Annexes

Notes et références

  1. E. O. Wilson, 1975, "Sociobiology: The new synthesis", Harvard University Press

Publications

  • 2008, D. Johnson, R. Kaiser, R. O’Gorman, Mark Van Vugt, "Evolution and the social psychology of leadership: The mismatch hypothesis", In: C. Hoyt, D. Forsyth, & A. Goethals, dir. "Social psychology of leadership", New York: Praeger
  • 2010, A. Ahuja, M. Van Vugt, "Selected: Why some people lead, why others follow, and why it matters: What Evolutionary Psychology Tells Us About Leadership and What Makes an Outstanding Leader", Profile Books, London
  • 2012,
    • Robert Birnbaum, "Genes, Memes, and the Evolution of Human Leadership", In: Michael G. Rumsey, "The Oxford Handbook of Leadership", Oxford University Press, ISBN: 9780195398793
    • Kathia Castro Laszlo, "From systems thinking to systems being: The embodiment of evolutionary leadership", Journal of Organisational Transformation & Social Change, Vol 9, n°2, November, pp95-108
  • 2013, Alain Gauthier, "Educating Evolutionary Co-Leadership to Embody a Radically New Development Paradigm", World Futures, Vol 69, n°1, January, pp20-28

Liens internes