Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Leadership biblique

De Wikiberal

Le leadership biblique est avant tout un leadership spirituel dont les bases reposent sur la lecture et la compréhension des écritures saintes. Les prophètes, les prêtres, les chefs de tribus et les rois ont servi de symboles, de représentants et de modèles de leadership pour leur peuple dans l'Ancien et le Nouveau Testament.

La Bible a un effet profond sur un nombre incalculable de personnes. Pour le croyant, c'est la parole de Dieu qui lui sert de guide pour diriger sa vie. La bible est le livre le plus édité et vendu dans le monde. Même les non-croyants reconnaissent la Bible comme un important ouvrage de documentation historique et un outil précieux pour l'enseignement des leçons intemporelles de l'humanité. Le leadership biblique incarne aussi les valeurs qui permettent de stimuler et de se déterminer avec plus de force et de conviction dans sa vie sociale et professionnelle en tant que leader. Par exemple, le psychologue chrétien et écrivain de spiritualité, John White[1], a analysé le livre de Néhémie[2], dans la bible, comme étant un paradigme de la foi infusée du leadership.

Les leaders bibliques

Les leaders bibliques, qui illustrent l'action de la parole de Dieu, dans l'ancien testament (par exemple, David, Moïse, Abraham, Noé, Job, Daniel, Joshua, Joseph) et le nouveau testament (Jésus Christ et les apôtres, en particulier, Pierre, Jean, Paul et Marc) sont des indicateurs sur la manière dont le leadership est intégré en chacun de nous et non dans des icônes de saints. Le leadership biblique est un self-leadership où le followership nous apprend à devenir courageux et exemplaire. Le livre des Corinthiens (10:6), dans la bible, nous apprend que ces hommes et ces femmes ne sont pas des fanatiques mais que leur vie doit nous servir d'exemple pour mener la nôtre.

Abraham a démontré des capacités de leadership, en prouvant par ses actes quotidiens qu'il était un homme de caractère car il était motivé par la parole de Dieu. Il n'était pas pourtant un fanatique religieux errant sur les terres du Moyen-Orient. Il a chassé trois grands rois à plus de 200 km autour de lui, en détruisant leurs armées afin de sauver son neveu Loth de la captivité (Genèse 14:1-15). Bienfaiteur, il a donné à Melchisédek un dixième du butin de guerre. Durant ses batailles, il a libéré 318 serviteurs qu'il a hébergés dans sa propre maison afin de les former. Provenant pour la plupart de grandes familles, ceux-ci ne pouvaient être considérés comme des prisonniers ou des esclaves. Abraham a eu besoin de prouver à ces hommes qu'ils pouvaient lui faire confiance et qu'il œuvrait dans leurs intérêts. Afin de subvenir à leurs besoins, Abraham a eu besoin de moyens économiques très importants. Comparé à une situation contemporaine, Abraham aurait du payer une facture de plus de 50 millions d'euros. Le leadership biblique d'Abraham était avant tout un leadership paternaliste afin de constituer une grande famille tribale autour de lui.

Alors que Joseph fut vendu en esclavage et fait prisonnier, il réussit à devenir le second en commandement sous le règne du Pharaon d'Égypte (Genèse 41:40-42). Grâce aux leçons qu'il a apprises et à sa force de résilience, il travailla dans la maison de Potiphar et en prison. À cette époque, l'Égypte était la plus grande nation sur Terre. Remarqué par son intelligence et sa prévoyance, Joseph eut l'opportunité de diriger la planification et la logistique afin de conserver suffisamment de nourriture pendant les sept années d'abondance pour traverser plus facilement les sept années de famine qui suivirent. Pendant cette crise agricole, Joseph fut en charge d'exporter les produits alimentaires vers d'autres nations en proie à la famine dans toutes les régions. Le succès économique de Joseph fut un bienfait non seulement pour les Égyptiens, mais il sauva aussi sa famille qui sera plus tard le premier foyer de la nation d'Israël.

La place de la femme dans le leadership biblique

Constance F. Parvey, en 1974, s'est intéressée à la place de la femme dans le leadership biblique et de l'Église, et comment sa place sociale contemporaine trouve ses origines culturelles très lointaines. Constance Parvey nous rappelle que les femmes ont été instruites par le message des Saintes Écritures. Elles ont également exercé un rôle de leadership éducationnel en convoyant le message de la bible à leurs enfants. Elles ont assumé un rôle de leadership d'une ampleur suffisante pour attirer d'autres femmes dans de nombreuses congrégations chrétiennes. Cependant, leur participation ne fut pas facilement acceptée par les hommes. Le renouveau de l'éthique de la chrétienté ne s'est pas concrétisé. La théologie de l'apôtre Paul, lequel a permis la création de l'Église chrétienne, reposait sur une équivalence entre l'homme et la femme devant le Christ. Cette théologie radicalement nouvelle des femmes, par rapport aux rapports sociaux de l'époque, s'est cependant rapidement effacée dans la vie concrète et sociale. L'Église, plus tard, en conséquence, a hérité de deux messages apparemment très divergents : la théologie de l'équivalence devant le Christ et la pratique sociale et familiale de la subordination des femmes. En tentant de les réconcilier, l'Église chrétienne a maintenu une éthique du statu quo sur le plan social à travers la subordination des femmes, et elle a affirmé la vision d'équivalence sur le plan spirituel en la projetant comme une réalité d'un autre monde (spirituel). Les hommes appartiennent à ce monde terrestre et font le travail de leadership de l'Église, tandis que les femmes appartiennent à l'autre monde et agissent dans l'Église uniquement comme des leaders cachés (aide, enseignement, social) et en tant que leader serviteur des hommes.

Le leadership biblique enseigne des messages de comportements et d'attitudes moraux à adopter et à éviter

Dans sa dominante chrétienne, l'appel au leadership biblique est de céder sa vie au Christ. Cela ne signifie pas la servitude au fils de Dieu, ni l'abandon de tous ses efforts à faire plus, à donner plus, à servir plus et à se sacrifier plus. Au contraire, le leadership biblique ouvre la voie de la liberté vers la direction du message du Christ. Ses ordres sont des ordres moraux, de prendre quelquefois le temps de la réflexion, de la détente spirituelle, de ralentir le rythme effréné de sa vie quotidienne pour comprendre la place qu'on occupe dans la société et la voie que nous prenons. Dieu ne nous donne rien sans attendre de nous autre chose que nous utilisions nos possessions et que nous les fassions croître (Matthieu 25:14-30). Ce leadership biblique exige du courage moral plus qu'un courage physique. Le leadership biblique est un appel à la coopération, à la coordination, à la dévotion pour un but qui semble suffisamment plus grand et plus fort au point de se subordonner au leadership authentique, spirituel et exemplaire mené par Jésus Christ.

Annexes

Notes et références

  1. 1986, John White, "Excellence in leadership reaching goals with prayer, courage, and determination", Downers Grove, IL InterVarsity Press
  2. Néhémie fut le principal maître d'œuvre de la reconstruction des murailles de Jérusalem, et comme l'auteur principal du Livre de Néhémie.

Publications

  • 1974, Constance F. Parvey, "The Theology and Leadership of Women in the New Testament", In: Rosemary Radford Ruether, "Religion and Sexism: Images of Woman in the Jewish and Christian Traditions", New York: Simon and Schuster
  • 1991, K. Hall, "Living Leadership: Biblical Leadership Speaks to Our Day", Anderson, IN: Warner Press
  • 1998, C. G. Wilkes, "Jesus on leadership: Discovering the secrets of servant leadership from the life of Christ", Wheaton, IL: Tyndale House Publishers
  • 1999, Paul J. Herskovitz, E. E. Klein, "The Biblical Story of Moses: Lessons in Leadership for Business", The Journal of Leadership Studies, Vol 6, n°3-4, pp84-95
  • 2000,
    • Hershey H. Friedman, M. Langbert, "Abraham as a transformational leader", The Journal of Leadership Studies, Vol 7, n°2, pp88-95
    • Paul J. Herskovitz, E. E. Klein, "Two Pharaohs of the Bible: Negative Exemplars of Leadership", Journal of Evolutionary Psychology, Vol 21, n°1-2, pp72-75
  • 2001,
    • J. Adair, "The Leadership of Jesus and its Legacy Today", Canterbury Press, Norwich
    • Charles C. Manz, K. P. Manz, R. Marx, Chris P. Neck, "The Wisdom of Solomon at Work: Ancient Virtues For Living and Leading Today", Berrett-Koehler
  • 2004,
    • Hershey H. Friedman, Linda W. Friedman, "Biblical Leadership: Insights for Today's Managers", Electronic Journal of Business Ethics and Organizational Studies, 9 (1)
    • Martina Urban, "Retelling Biblical Mythos Through the Hasidic Tale: Buber's "Saul and David" and the Question of Leadership", Modern Judaism, Vol 24, n°1, Feb., pp59-78
  • 2005,
    • K. Blanchard, P. Hodges, "Lead like Jesus: Lessons from the greatest leadership role model of all time", Nashville, TN: Thomas Nelson
    • Ryan P. Denee, "Learning Leadership. The Bible is Your Foundation", Pillar, February, pp1-4
    • V. L. Goodwin, T. M. Pitts, W. Kageler, J. L. Whittington, "Legacy leadership: The leadership wisdom of the apostle Paul", Leadership Quarterly, Vol 16, pp749−770
  • 2011, Justin A. Irving, "A model for effective servant leadership practice: A biblically-consistent and research-based approach to leadership", Journal of Biblical Perspectives in Leadership, 3(2), pp118-128

Liens internes